D’Arzal à Théhillac

Tour de Bretagne [Étape n°76]

En longeant la Vilaine
En longeant la Vilaine

J’ai commencé hier à remonter la Vilaine, marchant le plus souvent à quelque distance du fleuve, dans les bois ou entre des champs, jusqu’à Arzal où se trouve un barrage dont le but n’est pas de produire de l’électricité mais de servir de protection contre les grandes marées qui ont par le passé causé de grands dégâts jusqu’à Redon.

Les chemins par ici sont le plus souvent enfermés entre deux haies s’appuyant contre des clôtures électrifiées, ce qui est aussi efficace pour empêcher les vaches de sortir du champ où elles paissent que pour empêcher les randonneurs désireux de poser la tente d’y entrer. Je commençais donc, la nuit s’approchant, à me demander si je ne serais pas obligé de continuer à la frontale jusqu’à la Roche-Bernard quand un petit miracle s’est produit : en bord de sentier, un petit pré sans clôture… et sans vache !

Et ce matin, après une bonne nuit, quelle surprise ! Il faisait certes gris et moche, mais il ne pleuvait pas. J’ai rejoint, par les mêmes petits chemins creux, boueux et glissants, la Roche-Bernard où j’ai traversé le fleuve. Quelques kilomètres plus loin, vers Nivillac, j’ai même profité de quelques rayons de soleil pour déjeuner au bord de l’eau. Je suis reparti juste à temps pour profiter au maximum des plaisirs de la marche sous la pluie. Jusqu’au soir il a plu sans arrêt, le crachin n’étant interrompu que par les averses.

Malgré ce temps pourri, ce fut une journée agréable pendant laquelle j’ai marché à mon rythme au bord de l’eau, le plus souvent perdu dans mes pensées. Songeant à mon futur périple, j’étais finalement heureux de pouvoir vérifier l’efficacité de mon système de protection contre la pluie. La veste imper/respi et le pantalon de pluie m’ont bien protégé sans que je sois mouillé de transpiration et le parapluie est définitivement un accessoire très utile, à condition que le vent soit faible. Les poggies fabriquées à partir d’un vieux parapluie pour me protéger les mains sont vraiment utiles (en fait, je n’en ai utilisé qu’une seule puisque, sur le plat, je marche avec un seul bâton). Système testé et approuvé donc !

Pas de souci non plus avec mon sac à dos Hyberg en cuben qui demeure parfaitement étanche. Je pense néanmoins qu’il faudra que je le remplace pour mon voyage vers Syracuse par un sac un peu plus grand – et lui aussi étanche car c’est un avantage dont je voudrais plus me passer.

Pendant que je réfléchissais ainsi, mes jambes ont fonctionné toutes seules et elles n’ont pas chômé. En fin d’après-midi, il est devenu évident que mon étape de demain serait la dernière de ce Tour de Bretagne et que j’arriverais à Redon en milieu de journée. Ça sent la fin !

Laissez un commentaire :


Votre nom :*

Votre adresse mail (ne sera pas publiée) :*

L'adresse de votre site web :

Votre commentaire :*

Envoyer le commentaire

Licence Creative Commons    Lignes de Fuite - 2010