Prurit

Blog
Le besoin d’écrire est comme un prurit, une démangeaison de l’esprit et du corps.

Un jour, on achète ce stylo à la ligne pure que l’on tient bien en main et dont la plume est douce. Un autre jour, on trouve enfin le cahier finement ligné, épais juste comme il faut, sur lequel la plume va pouvoir glisser comme un cygne.

Un soir, pour la première fois, on ouvre le cahier, on retire le capuchon du stylo, on commence à écrire. Mot après mot, page après page, on écrit.

Les années passent. On pourrait dire « cahier après cahier » maintenant, des centaines de pages que personne n’a lues. « Les paroles s’envolent, les écrits restent » dit-on. Soit, mais quelle différence cela fait-il si ce qu’on écrit n’est lu par personne ? Pourquoi des mots enterrés vaudraient-ils plus que des paroles envolées ?

Peut-être tout simplement n’était-ce pas le bon outil. Peut-être est-il temps d’en choisir un autre.

Essayons.

Page 17 sur 17« Première page1314151617
Licence Creative Commons    Lignes de Fuite - 2010