De Pouldon au Palais

Tour de Bretagne [Étape n°67 - Belle-Île 3/3]

Bouquetins
La famille Bouquetin est de sortie !

J’ai encore passé une excellente nuit. Il a fait +2°C au plus bas, je n’ai pas eu froid sous ma tente laissée grande ouverte, et au réveil il n’y avait pas la moindre condensation sur la toile. Prendre la Plexamid était décidément le bon choix. Départ vers 8h30, temps superbe aujourd’hui encore, et aujourd’hui encore des descentes, des remontées, des descentes, des remontées… Jusqu’à Port Andro, cela n’arrêtera pas, dur dur par moments.

Sur cette île, on voit la mer partout, mais le plus souvent on la voit de loin, ou d’en haut. Même quand on descend (avant de remonter, bien sûr…), c’est souvent un peu à l’intérieur des terres, pour franchir un ruisseau. Atteindre la mer, lorsque c’est possible, nécessiterait alors de faire un détour pas forcément facile en suivant le ruisseau. Donc, la mer, on la voit beaucoup, on ne l’approche pas tant que cela.

casse-pattes
Je marche assez péniblement ce matin et ma lenteur m’agace d’autant plus qu’un panneau indiquait « Pointe du Skeul, 3 km » il y a près d’une heure et demie et que ladite pointe n’arrive toujours pas… Pas étonnant puisqu’en regardant la carte, je réalise que ce que j’avais pris pour un 3 sur le panneau était probablement en fait un 8 !

Mais finalement, la pointe arrive et peu de temps après c’est la récompense à mes efforts : une famille de bouquetins, papa, maman et ado bouquetins, assez peu farouches pour continuer à grignoter des jeunes pousses à quelques mètres de moi pendant plusieurs minutes. Ils font mine de ne pas prêter attention à moi mais j’ai bien compris leur manège : en fait, ce sont de vrais cabots qui posent sans en avoir l’air pour mes multiples photos.

Après cet intermède animalier, nouveau détour, cette fois-ci vers le cimetière de Locmaria, pour chercher de l’eau – j’ai fin par consommer toutes mes réserves – puis retour sur la côte. Déjeuner sur la plage de Port-Andro, suivi d’une petite sieste au soleil avant de repartir pour la portion la plus facile du parcours, jusqu’au Palais.

Arrivé au Palais peu avant 19 heures, que faire ? Je pourrais reprendre tout de suite le bateau mais une fois à Quiberon, où trouverai-je à la nuit tombée un bivouac dans le sud urbanisé de la presqu’île ? Quitte à devoir y chercher un hôtel, autant reprendre ici la même chambre que vendredi soir (et retourner dîner dans la même excellente crêperie). Aussitôt pensé, aussitôt fait. Attention bonhomme, tu t’encroûtes !

Tour de Belle-Île : au total, environ 79 km et 1.650 m de dénivelé positif et négatif.

Laissez un commentaire :


Votre nom :*

Votre adresse mail (ne sera pas publiée) :*

L'adresse de votre site web :

Votre commentaire :*

Envoyer le commentaire

Licence Creative Commons    Lignes de Fuite - 2010