De Beg Meil à Concarneau


Tour de Bretagne [Étape n°53]


Prise
C’est aujourd’hui encore une dernière étape, celle qui finit un tronçon de randonnée avant que je regagne à nouveau Paris et ma vie « normale ».

Cette fois-ci, la ville charnière sera Concarneau, comme ce fut Beaurainville en une lointaine première fois, et au fil des années Chartres ou Carcassonne, Commercy ou Argentan, Saint-Malo ou Plouguerneau… ou bien d’autres villes au fil des années. Et comme à chaque fois qu’un morceau de vie nomade se termine, je suis tiraillé entre la volonté de ne pas trop me presser, de prendre le temps de profiter de ces dernières heures d’une liberté qui disparaît déjà, et la crainte de louper mon train. De louper mon bus, en fait, puisqu’il n’y a pas de gare à Concarneau et que c’est d’un autobus que je suis tributaire aujourd’hui.

Je me suis réveillé tôt, vers 6h30, et à 8 heures j’étais parti. Cela m’a permis de prendre mon temps, finalement, sur les sentiers « fractaliens » qui longent un bord de mer déchiqueté, aujourd’hui comme les jours précédents. Après quelques heures de marche, j’ai aperçu Beg Meil à ma droite, de l’autre côté de l’anse dont je venais de faire le tour. J’ai traversé Port La Forêt, où des centaines et des centaines de bateaux sont amarrés sur des dizaines et des dizaines de pontons, au fond de l’une des digitations de la « Baie… de La Forêt » puisque c’est ainsi que cette grande baie s’appelle, et non pas « Baie de Concarneau » comme on aurait pu s’y attendre.

Ensuite… eh bien, je suis arrivé à Concarneau plus de deux heures en avance, ce qui m’a permis de jouer un peu au touriste dans la Ville Close, de faire tamponner mon carnet de route à l’Office du tourisme (joli tampon au demeurant) et de déjeuner. À bientôt Concarneau, je devrais être de retour ici même en juillet.

Licence Creative Commons    Lignes de Fuite - 2010