De Locmariaquer à Auray

Tour de Bretagne [Étape n°64]

Le long de la rivière d'Auray
Le long de la rivière d’Auray. Dans quelques kilomètres, le TGV… (snif)

Je n’aime pas ces dernières demi-étapes qui finissent habituellement mes randonnées de plusieurs jours. C’est encore la rando, mais ce n’est plus la rando. Il y a un train à prendre, un horaire à respecter, l’esprit ne réussit pas à rester dans l’état de légèreté où il se trouvait les jours précédents.

Même si, aujourd’hui, les premiers kilomètres de ce retour at home longeaient le Golfe du Morbihan, magnifique à marée haute et me donnant envie de revenir pour la suite, c’était un nouveau petit deuil à faire… jusqu’à la prochaine fois. À bientôt donc !

De Carnac à Locmariaquer

Tour de Bretagne [Étape n°63]

Le port de la Trinité-sur-Mer
Le port de la Trinité-sur-Mer

Chloé, la fille de mon ami Marc, habite à La Trinité-sur-Mer. J’avais donc promis de passer la voir, mais sans vouloir y passer la nuit malgré son insistance. Je suis donc allé ce matin lui faire la bise, avaler un copieux petit déjeuner tardif en sa compagnie, et prendre une douche.

Chloé habite dans une petite rue dont je tairai le nom. Quand j’ai demandé le chemin pour m’y rendre, la dame à qui je m’adressais m’a répondu d’un air méfiant : « Hum, c’est la maison des Le Pen que vous cherchez ? » avant de m’indiquer d’un doigt dédaigneux que nous étions à 50 mètres du coin de ladite rue. Effectivement, mon amie m’a confirmé que sa maison est située presque en face de celle du politicien, mais je n’ai pas fait de mauvaise rencontre.

Dans l’après-midi, j’ai quitté temporairement le GR34 qui remonte directement vers Auray pour continuer à suivre la côte jusqu’à Locmariaquer. Pas facile de progresser dans ce coin. Les sentiers, à plusieurs reprises, débouchent inopinément sur des portails fermés, voire sur des ponts privatisés ! J’ai fini par décider de ne pas voir le panneau de sens interdit placé sur un portail grand ouvert pour suivre une route allant dans la bonne direction, mais ai été rapidement « rattrapé par la patrouille », enfin par la fermière, propriétaire des lieux, qui m’a indiqué que la route était privée, qu’elle allait vers SES champs et SES vaches, et que je devais faire demi-tour. Elle a eu l’air à peine désolée quand le chien qui l’accompagnait m’a mordillé le mollet pour insister sur l’inconvenance de ma conduite.

Quelques kilomètres de détours plus tard, je suis arrivé à Locmariaquer pour la dernière nuit avant le retour à mes pénates, nuit prévue à l’hôtel de longue date pour redonner au vagabond que je serais devenu la figure présentable et l’aspect si distingué qui me caractérisent habituellement, avant le retour en train et les retrouvailles familiales demain.

Eh oui. Demain. Déjà.

Locmariaquer
Arrivée à Locmariaquer. En face, Port Navalo.
Pour y arriver, il me faudra faire tout le tour du Golfe du Morbihan

De Quiberon à Carnac

Tour de Bretagne [Étape n°62]

La Côte Sauvage
La Côte Sauvage

Longue étape en vue aujourd’hui car je voudrais faire le tour de la presqu’île et aller jusqu’à Carnac. La côte ouest de Quiberon, côté océan, en dessous de Penthièvre, est ce qu’on appelle La Côte Sauvage.

Clôtures et allées
Des clôtures, des fils de fer, des allées
bien entretenues… Bah.
Cette côte est effectivement très belle, avec des airs du Cap Fréhel mais, à dire vrai, il y d’autres portions de côte tout aussi splendides un peu partout sur le littoral breton qui ne sont pas gâchées comme ici par l’aménagement systématique des chemins. Ceux-ci sont balisés, entourés de fils de fer empêchant qu’on s’aventure en dehors des zones autorisées et qu’on empiète sur la lande. C’est évidemment tout à fait compréhensible et justifié étant donné le nombre de promeneurs qui passent ici mais ce n’est vraiment pas ce que je recherche en rando.

Par Toutatis, un menhir !
Par Toutatis, un menhir !
Et j’ai dormi juste à côté !
Une fois arrivé en bas de cette côte ouest, j’ai donc cessé de suivre le littoral. Au lieu de remonter par la côte est, j’ai coupé aussi directement que possible vers le nord, en suivant sensiblement la ligne du « Tire-bouchon », le train touristique de Quiberon. Guère d’intérêt certes, mais au moins je suis plus rapidement sorti des foules de touristes…

Je suis repassé devant mon bivouac précédent vers 17 heures et ai continué jusqu’en haut de la presqu’île avant de me diriger vers l’est et Carnac en longeant la côte.

J’ai trouvé un bivouac peu avant l’entrée de la ville, non loin d’un menhir (à Carnac, c’était bien le moins) et hop ! Dîner, extinction des feux, à demain.

De Plouhinec à Quiberon

Tour de Bretagne [Étape n°61]

Sur la rivière d'Etel
Sur la rivière d’Etel

Il a plu toute la nuit. J’ai néanmoins bien dormi au chaud et au sec ; ce sursac et cet abri forment un couple d’enfer !

Chaussettes mouillées dans des chaussures mouillées, finalement ça n’est pas si terrible que ça dès qu’on est réchauffé, et mes pieds tiennent bien le coup. Tiens, ça me fait penser que je n’ai absolument jamais eu mal aux pieds avec ces nouvelles chaussures basses et pas la moindre ébauche d’ampoules.

Quelques minutes après avoir quitté mon pommier, je rencontre un homme de la soixantaine qui promène son chien et qui m’aborde « en collègue ». Miguel est allé à Compostelle en 2010 depuis le Puy-en-Velay, en compagnie de son beau-frère qui a dû déclarer forfait à Saint-Jean-Pied-de-Port à cause d’une tendinite. Lui-même a continué jusqu’au bout, peut-être parce qu’il avait trouvé le moyen de n’avoir qu’un petit sac sur le dos et son gros sac dans une charrette bricolée. Recette non brevetée : fixez la roue d’un vélo d’enfant à un demi-wishbone de planche à voile, soudez celui-ci à une plaque d’aluminium achetée chez Leroy-Merlin sur laquelle vous attacherez le sac avec des courroies. Il ne vous restera plus qu’à tirer l’ensemble à l’aide d’un harnais de policier acheté sur le web. « Coût total, moins de 100 euros, et il n’y a eu besoin d’aucune réparation pendant tout le Camino, mis à part un seul changement du pneu ! » Ingénieux et visiblement efficace !

Ce matin encore, le GR34 reste à distance de la mer. Il emprunte des sentiers forestiers, des chemins de terre et des petites routes. Ce n’est pas désagréable mais quand même un peu monotone. Arrivé à la rivière d’Etel, je la franchis à Pont-Lorois et m’arrête sur sa rive droite pour déjeuner tout en regardant les travailleurs de la mer en action. Je profite aussi du retour du soleil pour faire sécher tente, chaussures et chaussettes. Un petit lavage + séchage des pieds complète les soins donnés au matériel. Résultat probant : les chaussettes sèches et les pieds propres et aérés ont décidé de coopérer pour que j’oublie que les chaussures dans lesquelles ils sont à nouveau emballés pour l’après midi restent bien humides.

Tout l’après-midi, je marche d’un bon pas en me trompant systématiquement de chemin à chaque bifurcation. Il y a des jours comme ça… À la Fontaine Sainte-Barbe, sous les regards de quelques promeneurs amusés, je lave à l’eau claire la partie supérieure du bonhomme et son T-shirt manches longues à capuche (très agréable à porter sous le soleil avec une casquette) puis m’engage sur la presqu’île de Quiberon.

En arrivant sur la presqu'île de Quiberon
En arrivant sur la presqu’île de Quiberon
Sur les deux ou trois premiers kilomètres de la presqu’île, il y a plein de jolis endroits pour planter sa tente… sauf que le bivouac est interdit sur les dunes et qu’il paraît qu’il y a des patrouilles. C’est rageant.

Ne le dites à personne, mais vers 19 heures, j’ai profité qu’il n’y avait personne en vue pour me glisser au sein d’un groupe serré de vingt ou trente arbustes buissonnants au sein desquels j’ai réussi à trouver un espace de 2 mètres sur 3 pour y monter l’abri. Chemin à 20 mètres, train touristique à 50 mètres (mais il ne devrait pas rouler la nuit), voie rapide à 100 mètres… mais je suis invisible, et avec mes bouchons d’oreilles, il m’est déjà arrivé de passer une excellente nuit dans le dortoir animé d’une auberge de jeunesse, alors… Good night folks.

De Lorient à Plouhinec

Tour de Bretagne [Étape n°60]

Le lavoir de Saint-Sterlin, parfaitement entretenu

Qu’on est bien dans un lit ! Ce matin, je n’avais vraiment pas envie de me lever et de repartir. Bien que réveillé vers 6 heures, j’ai traîné au lit et me suis d’autant moins pressé pour reprendre la route qu’il faisait un sale temps, ciel gris et petite bruine qui mouille. Nuit pluvieuse, matin pluvieux, c’était le bon jour (enfin la bonne nuit) pour dormir à l’hôtel…

Je suis quand même parti vers 8 heures, un dimanche c’est courageux, non ? Lorient est une ville très étendue, avec au moins trois ponts principaux espacés de plusieurs kilomètres. Le tour de la ville et de l’embouchure du Blavet prend trois bonnes heures, avec des passages très beaux avant et après le Pont du Bonhomme. Ensuite, le GR 34 suit des chemins et des petites routes peu fréquentées, mais pas de littoral aujourd’hui, je n’ai même pas vu la mer.

Depuis deux jours je marche sans bâton et je constate que je vais incontestablement plus vite ainsi. Le bâton unique donne un rythme, aide un peu dans les montées et stabilise dans les descentes et dans les chemins boueux, mais contrairement aux deux bâtons de la marche nordique, il ralentit plutôt le marcheur, me semble-t-il. En tout cas, c’est ce que je constate pour moi. Lorsque mon sac était lourd, il m’aidait bien. Maintenant, je n’en ressens plus le besoin.

Vers 13 heures, déjeuner dans un endroit charmant, hélas infesté de moustiques : un ancien lavoir, rénové et entretenu par un passionné, et décoré par ses soins.

Depuis le randonneur aux galettes de Pont-Aven, j’ai croisé beaucoup de touristes et de promeneurs, mais pas un seul randonneur. Cet après-midi, sur une route minuscule près de Kermorvan, un taxi (!!!) s’arrête à côté de moi. Deux jeunes femmes en sortent avec des sacs à dos aussi gros qu’elles. Ce sont deux allemandes qui randonnent en Bretagne. Elle étaient hier sur l’île de Groix et se font déposer là pour ne plus avoir que 15 km à faire à pied jusqu’à Plouhinec où elles ont réservé ce soir une chambre. On discute, on se sépare, on se retrouvera deux fois dans l’après-midi au gré de nos « pauses techniques » respectives.

En fin d’après-midi, il se remet à pleuvoir par averses drues successives. J’hésite à sortir la Gatewood Cape pour m’en servir comme poncho, mais à l’idée de devoir retirer les haubans qui se trouvent aux coins de la toile, puis ensuite replier celle-ci comme je pourrai, pour avoir ensuite une tente mouillée, je décide que ma veste de pluie toute neuve remplira sûrement très bien son office, et qu’il faut baptiser mon sac à dos étanche.

J’avais repéré sur Iphigénie, en mode photos, un coin tout vert paraissant OK pour le bivouac de ce soir. Mais hélas, il s’agit d’une zone de très hautes herbes, puis de fougères. Impossible d’y planter la tente. En revanche, en cinq minutes j’ai les pieds trempés. Chaussures basses non goretex, guêtres ou pas guêtres, visiblement c’est la même chose. Voilà un point où les chaussures à tige moyenne et en goretex que j’utilisais auparavant (des Lowa Renegade MID GTX) marquent un point.

Après un moment d’errance et de solitude humides qui me paraît très long, je finis par m’installer derrière une maison, en bordure d’un champ et sous un grand pommier dont les branches retombantes et fournies me cachent assez bien. Demain sera un autre jour…

Page 1 sur 2812345Dernière page »
Licence Creative Commons    Lignes de Fuite - 2010